Tranchées et collines de pommes de terre - Plantation de pommes de terre dans les tranchées et les collines


Par: Bonnie L. Grant, agricultrice urbaine certifiée

Les pommes de terre sont un aliment de base de la cuisine classique et en fait assez faciles à cultiver. La méthode des tranchées et des collines de pommes de terre est une méthode éprouvée pour augmenter les rendements et aider les plantes à se développer au mieux. Les pommes de terre de semence sont le moyen le plus rapide de démarrer vos plants, mais vous pouvez également utiliser des pommes de terre d'épicerie qui ont commencé à germer.

Les pommes de terre dans une tranchée sont «nivelées» au fur et à mesure qu'elles poussent pour favoriser la croissance des racines et plus de tubercules.

À propos des tranchées et des collines de pommes de terre

Tout le monde peut faire pousser des pommes de terre. Vous pouvez même les cultiver dans un seau ou une poubelle. La méthode où vous avez des pommes de terre de tranchée et de colline produit plus de tubercules et est facile à faire même dans un nouveau jardin.Assurez-vous simplement que vous avez un drainage adéquat et un pH du sol de 4,7-5,5.

Les agriculteurs utilisent la méthode de la pomme de terre des tranchées et des collines depuis des générations. L'idée est de creuser une tranchée pour les pommes de terre de semence et à mesure qu'elles poussent, vous les remplissez avec de la terre de la colline adjacente. Ces restes de terre provenant du creusement des tranchées sont disposés le long de la tranchée et aident à garder les plantes humides au départ, puis favorisent la croissance des racines à mesure que les plantes mûrissent.

Les tranchées et les collines de pommes de terre ne sont pas nécessaires pour faire pousser les tubercules, mais elles faciliteront le processus et augmenteront votre récolte.

Comment planter des pommes de terre dans une tranchée

Assurez-vous d'avoir un sol meuble avec une bonne quantité de matière organique incorporée. Sélectionnez les pommes de terre de semence qui ont déjà commencé à germer ou à les couper. Les pommes de terre à graine sont le processus où vous placez les tubercules dans un récipient peu profond dans un endroit chaud et sombre pendant quelques semaines. Les pommes de terre vont germer des yeux et se ratatiner un peu.

Une fois que la germination se produit, déplacez-les à une lumière modérée pour verdir les pousses. Lorsque les pousses sont vertes, préparez le lit en creusant des tranchées d'au moins 6 pouces (15 cm) de profondeur avec le sol enlevé en butte de chaque côté de la tranchée. Espacez les rangées de 2 à 3 pieds (61 à 91 cm) pour la méthode des tranchées de pommes de terre et des collines.

Planter des pommes de terre sautées

Afin de maximiser votre récolte et d'encourager une nouvelle germination, coupez les pommes de terre hachées en morceaux avec un ou deux yeux dans chaque pièce. Plantez-les dans les tranchées avec le côté des yeux vers le haut, à 12 pouces (30 cm) de distance. Couvrir les pommes de terre de 4 pouces (10 cm) de terre et d'eau. Gardez la zone modérément humide.

Lorsque vous voyez l'émergence des feuilles et que les plantes mesurent environ 15 cm (6 pouces), utilisez une partie du sol en butte pour couvrir les nouvelles pousses. Au fur et à mesure qu'ils grandissent, continuez à grimper autour des plantes pour ne montrer que quelques feuilles. Répétez ce processus dans deux semaines.

Pilez les pommes de terre et protégez-les des parasites comme les pommes de terre. Récoltez lorsque la plante est devenue jaune ou chaque fois que vous voulez de nouvelles pommes de terre.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le


J'ai donc fait des recherches et je trouve de bonnes informations, mais il semble que cela dépend de ce que vous grandissez.

J'ai trouvé, par exemple des tomates, il est préférable de les planter en tranchée. Source ici. Selon la page, l'avantage est que la tomate aura plus de racines, ce qui permet à la plante de prendre plus de nutriments et d'eau, donc une plante plus grande.

Une autre chose que j'ai trouvée ici était d'utiliser la méthode des tranchées et des collines pour les pommes de terre. Avec les pommes de terre, vous voulez salir la plante au fur et à mesure qu'elle pousse, car la pomme de terre aime remonter du sol. Une autre raison est une récolte plus facile. Vous pouvez prendre un emplacement et entrer du côté de la colline et pousser la terre et les pommes de terre hors du sol.

J'ai essayé de trouver plus d'informations sur les plantes à décortiquer et sur les tranchées. Mais c'est tout ce que j'ai trouvé sur une liste.

Les courgettes, le concombre, le maïs, le gombo, les pommes de terre aiment être fraisés. Les tomates aiment la méthode des tranchées.

Si j'ai besoin d'ajouter quelque chose ou de modifier, faites-le moi savoir et je ferai de mon mieux pour vous parler!


Institut de faible technologie

Pommes de terre cinq façons: un essai portant sur différentes méthodes de culture de pommes de terre

Les pommes de terre sont une culture maraîchère sous-estimée. Les gens peuvent survivre avec ce tubercule seul car il contient tout pour une nutrition complète. Les spuds prospèrent dans divers sols et climats. Ils se conservent bien et sont faciles à planter et à entretenir. Parce que les pommes de terre sont bon marché à l'épicerie, de nombreux jardiniers choisissent de ne pas les cultiver, mais pour ceux qui choisissent de cultiver les leurs, décider comment les gérer peut être un défi.

Les magazines de jardinage, les livres et les sites Web regorgent d'idées pour faire pousser des pommes de terre. La variété des options peut être écrasante, en particulier parce que chaque méthode a des promoteurs qui rapportent des rendements fantastiques et des détracteurs avec des histoires d'échecs. Afin de séparer le blé de l'ivraie - pour ainsi dire - nous avons effectué une expérience sur la performance de cinq des méthodes de culture les plus populaires.

Méthodes de culture des pommes de terre

Les pommes de terre sont originaires des Andes, où les Incas et leurs prédécesseurs ont cultivé des milliers de variétés dans un environnement complexe: des précipitations imprévisibles provoquées par El Niño et des altitudes extrêmement variées avec des écosystèmes diversifiés. La culture traditionnelle consiste à creuser des tranchées pour créer des rangées de terre et de bouse de lama. Les pommes de terre de semence sont enterrées dans le remblai creusé (pas dans les tranchées). Un mélange de pommes de terre est planté dans la même rangée. Cette pratique renforce la sécurité alimentaire: quelles que soient les conditions de la saison, au moins quelques variétés se porteront bien, même si d’autres échouent.

Les jardiniers occidentaux l'ont adapté à la méthode des tranchées et des collines. Une tranchée d'un demi-pied de profondeur est creusée pour chaque rangée de pommes de terre. Le compost est travaillé dans le fond de la tranchée et les pommes de terre de semence sont plantées à environ un pied d'intervalle.J'utilise la méthode traditionnelle d'espacement qui consiste à marcher talon à pied dans la tranchée et à laisser tomber une pomme de terre de semence devant chaque orteil. Les pommes de terre sont recouvertes de paillis et de terre. Au fur et à mesure de leur croissance, le sol entre les rangées est amoncelé autour de la plante émergente, créant des collines pour aider à soutenir les tiges et couvrir les tubercules pour éviter le verdissement. La récolte est un travail difficile en utilisant une fourche à bêcher et en redimensionnant les tranchées pour faire remonter les nouvelles pommes de terre.

Une méthode plus récente consiste à planter les pommes de terre de semence directement sur une surface de sol préparé, à recouvrir de compost et de paillis. Certains ajoutent une couche de papier journal ou de carton comme paillis en feuille sous le paillis de paille ou de copeaux de bois. Au fur et à mesure que la plante grandit, plus de paillis est ajouté autour des tiges de la même manière que la méthode des tranchées et des collines. La différence frappante intervient au moment de la récolte: le paillis est retiré et les tubercules sont arrachés du sol sans creuser.

D'autres méthodes créent un conteneur pour la plante. Des sacs, des seaux et des sacs en plastique, des tonneaux, des caisses en bois (appelées «tours») et même des pneus de voiture empilés ont été utilisés pour faire pousser des pommes de terre sur le sol, les patios et les balcons (les pneus doivent être évités, cependant, car ils lessivent des produits chimiques) . L'idée est que s'il est bon de grimper autour des plantes, les producteurs peuvent enterrer les plantes au-dessus et en abusant de récipients à parois hautes, créant une structure racinaire plus profonde et un meilleur rendement. Cette méthode est plus flexible et facilement utilisée par ceux qui n'ont pas accès au sol qu'ils peuvent creuser. Pour récolter, les conteneurs sont basculés et les patates sont collectées. Certaines tours sont conçues pour être récoltées sans tuer la plante: les côtés sont constitués de planches horizontales, permettant d'accéder aux racines sans déranger la plante en enlevant les planches inférieures.

L'expérience

Nous avons testé cinq méthodes pour déterminer laquelle est la plus productive et la moins exigeante en main-d'œuvre pour le petit producteur. La première méthode était la tranchée et la colline, que nous considérions comme notre groupe «témoin». Ensuite, nous avons testé deux méthodes de plantation en surface: le paillis de paille et le paillis de paille sur papier journal. Nous avons également essayé deux conteneurs: des sacs et des tours en bois. Nous avions environ un siècle de connaissances sur la culture de la pomme de terre qui ont participé à l’étude: notre groupe de test était composé de dix producteurs, allant des producteurs du marché aux fermiers et aux jardiniers dans le sud du Wisconsin.

Nous avons gardé d'autres variables cohérentes à l'exception de la méthode de culture: chaque producteur a mis de côté cinq petits lits (8 × 8 pieds chacun) en plein soleil. Nous avons planté 3 lb de pommes de terre de semence (dix-huit plantes) dans chaque parcelle. Chaque plante a reçu trois litres de compost organique (Purple Cow Activated Compost, 0,7–0,3–0,3) à la plantation et un autre litre pendant la croissance. Les parcelles de chaque emplacement ont été paillées avec deux balles de paille rectangulaires et ont reçu le même soleil, la même pluie et l'attention.

Tout au long de la saison de croissance, les producteurs ont noté le temps passé à chaque méthode et s'ils désherbaient, arrosaient, mettaient du paillis ou cueillaient des doryphores de la pomme de terre. À la fin de la saison, nous avons récolté les parcelles, pesé et compté le rendement, et totalisé le temps qu'il nous a fallu pour chacune.

Les résultats

En un mot, nos résultats ont été mitigés. Nous nous sommes penchés non seulement sur le rendement, mais sur la main-d’œuvre et sur le type de main-d’œuvre ainsi que sur le coût. Les résultats peuvent être divisés en deux groupes: toutes les données et les données sans compromis. Quatre participants ont eu des campagnols et / ou des dégâts d'eau stagnants sur certaines de leurs cultures, ce qui rend leurs résultats difficiles à interpréter, mais prises ensemble, les statistiques «toutes données» peuvent être plus représentatives des résultats réels. D'un autre côté, si les campagnols et les zones basses peuvent être évités, les «données sans compromis» peuvent être ce à quoi un jardinier peut s'attendre.

La méthode la plus productive était la tranchée et la colline. Nous avons obtenu en moyenne 1,81 lb de pommes de terre de chaque plant de tranchées et de collines (minimum 0,31, maximum 3,44 lb) pour tous les participants, mais une moyenne de 2,54 lb de ces parcelles non dévorées par les campagnols. Le paillis de paille, le paillis de paille sur papier journal et les tours de pommes de terre rapportaient environ une demi-livre de moins par plante en moyenne, que ce soit de tous les participants (1,31, 1,38 et 1,30 lb respectivement) ou de ceux sans compromis (1,96, 1,98 et 2,05 lb). Les contenants de sacs étaient de loin le plus bas rendement à un peu plus d'une livre (1,17 lb) pour tous les participants et un peu plus (1,70 lb) pour ceux qui étaient sans campagnol. Toutes les plantes ont commencé avec une pomme de terre de semence pesant en moyenne 2,7 oz, ce qui signifie que même la méthode de rendement moyen le plus bas a rapporté une augmentation de sept fois tandis que les meilleures parcelles ont rapporté plus de vingt fois le poids des graines en taters comestibles.

Cependant, le rendement n’est pas toute l’histoire, car la main-d’œuvre représente autant l’investissement d’un jardinier que le coût des semences et des matériaux. Sur une base par plante, tous les jardiniers ont fait en moyenne le moins de temps sur les méthodes de la paille et de la paille sur papier journal (8:39 et 7:42 min, respectivement), quelques minutes de plus sur les sacs (10:30 min) et la tranchée et colline (11:21 min), mais deux fois plus de temps sur les tours (16:59 min) en raison de la construction de ces conteneurs, ce qui signifie que même si les parcelles de tranchées et de collines ont produit environ 139% de plus que les deux méthodes plantées en surface, elles ont pris 140% de temps de plus, éliminant tout avantage. Si nous regardons les rendements sans compromis, l'écart se creuse et les jardiniers passaient près de 178% de temps de plus à cultiver seulement 130% de livres de pommes de terre en plus par plant dans les parcelles de tranchées et de collines.

Nous pouvons également rendre compte des types et de la quantité moyenne de travail pour chaque méthode. Nous avons eu beaucoup de pluie en 2018 et la plupart des participants ont arrosé une fois (0,63 fois au cours de la saison, en moyenne). Les sacs et les tours ont nécessité le moins de désherbage (en moyenne 1,75 et 2,00 fois, respectivement). Les parcelles paillées ont nécessité un peu plus de désherbage que les parcelles papier journal et paille (2,25 contre 2,13 fois par saison). Les parcelles de tranchées et de collines ont nécessité le plus de désherbage, mais pas de beaucoup (à raison de 2,88 fois par saison). En moyenne, toutes les parcelles ont été creusées entre 2,50 et 2,88 fois et débarrassées des ravageurs (doryphores ou campagnols) entre 1,50 et 1,75 fois, ce qui ne représente aucune différence réelle entre les méthodes.

Enfin, les méthodes variaient en termes de coût des matériaux. Les méthodes des tranchées et des collines, de la paille et de la paille et du papier journal coûtent toutes 2,18 $ par plante. Cela comprend une pomme de terre de semence de 2,7 oz, 4,0 lb de compost et 11% d'une balle de paille pour le paillis. Le conteneur de sacs aurait coûté 3,18 $ - le dollar supplémentaire pour le sac de céréales de 50 livres - si nous n'avions pas pu obtenir les sacs donnés par la Wisconsin Brewing Company. Les tours de pommes de terre, cependant, coûtaient 11,61 $ par plante, chaque tour pouvant contenir jusqu'à quatre plantes. Bien qu'ils aient reçu la même quantité de pommes de terre de semence, de compost et de paillis, ils avaient également des cadres construits en bois et vissés ensemble, ajoutant 9,21 $ au coût de base. Et tandis qu'un participant avait de bons rendements de sa tour (3,38 lb par plante), la plupart des tours produisaient une quantité moyenne de pommes de terre lorsqu'elles n'étaient pas habitées par des campagnols - une tour avait même un nid de campagnols avec des bébés grinçants lorsque nous avons récolté la tour. Contrairement aux autres méthodes, cependant, les tours peuvent être utilisées pendant quelques années, de sorte que ce coût pourrait être divisé par deux ou trois pour amortir le coût de la durée de vie.

Nous avons mesuré d'autres variables qui ne semblaient pas affecter le rendement ou la main-d'œuvre. Nos sols allaient du limon à l'argile, mais contre-intuitivement, la morphologie du sol avait peu d'effet sur le rendement ou la taille des pommes de terre. En divisant le rendement total par le nombre de pommes de terre pour chaque parcelle, nous avons constaté que la taille moyenne des tubercules n'était pas non plus grandement affectée par la méthode de plantation: les pommes de terre de tranchée et de colline pesaient en moyenne 7 oz chacune, tandis que les plantations de surface, les sacs et les tours atteignaient 6 oz. D'autres variables qui n'ont joué aucun rôle perceptible comprenaient la pression des mauvaises herbes précédente, si un lit était ou non un sol vierge ou établi, ou quelle était la culture précédente.

À emporter: le contexte est tout

Nous n'avons pas trouvé qu'une méthode était clairement gagnante et la façon dont vous choisissez de cultiver des pommes de terre dépend de votre situation. L'accès à la terre, la présence de ravageurs, le rendement total requis, les coûts et les considérations de main-d'œuvre pourraient inciter un producteur à utiliser des sacs, un autre à utiliser la plantation de surface et un autre à tranchée et colline. Nos résultats se répartissent en deux catégories: les recommandations dérivées des données et les observations anecdotiques.

Les résultats de notre étude suggèrent trois méthodes différentes de la pomme de terre en fonction des ressources et des objectifs du producteur. Si un producteur n’a pas accès à la terre, mais veut faire pousser des pommes de terre sur une terrasse ou sur une autre surface extérieure, les sacs contenant du compost et du paillis sont clairement gagnants par rapport aux tours de pommes de terre. Premièrement, on peut cultiver seize plants de pommes de terre dans des sacs pour le coût de chaque tour, qui contient quatre plants de pommes de terre. Bien que les sacs aient le rendement le plus faible, ils prenaient moins de temps à planter et à entretenir que les tours. Nous n'avons pas testé d'autres conteneurs et peut-être que des barils, de grandes jardinières ou d'autres conteneurs seraient plus durables que les sacs. Nous avons utilisé des sacs de céréales recyclées, qui se désintégraient en plein soleil et devraient être évités pour empêcher les lambeaux de plastique de pénétrer dans l'environnement.

Si un producteur a de la place pour planter des pommes de terre dans le sol, le choix entre la plantation en tranchée et en colline ou en surface dépend de l'espace, de la fiabilité, mais surtout de la présence de campagnols. Si l'espace est limité, que la fiabilité est vitale et / ou que des campagnols sont présents, la méthode des tranchées et des collines serait la meilleure. Il avait le rendement le plus élevé par plante et la plus grande résistance aux campagnols seulement trois participants sur dix avaient des campagnols dans les parcelles de tranchées et de collines, tandis que seulement cinq des dix méthodes de surface restaient libres de campagnol. D'autre part, la méthode des tranchées et des collines a nécessité plus de travail pour chaque plante que la plantation en surface avec du papier journal et de la paille, et si les campagnols et l'espace ne sont pas un problème, cette méthode de plantation en surface est clairement gagnante. Bien que cela ait donné moins par plante que la tranchée et la colline, c'était beaucoup moins de travail et donc plus efficace lorsque l'on compare le temps de croissance de chaque livre (4:15 contre 2:37 min par livre, respectivement).

Les essais trouvent souvent des résultats qui ne figuraient pas dans la conception originale de la recherche, et cette expérience ne fait pas exception. Comme nous n'avons pas cherché à tester ces observations, elles sont proposées à titre de suggestions anecdotiques et pourraient être validées dans une étude contrôlée. Un participant avait un emplacement plus humide que les autres et dans ce cas, la parcelle de tranchées et de collines a souffert de pourriture et de graves pertes, tandis que les plantations de surface avaient des rendements apparemment non affectés, probablement parce qu'elles étaient au-dessus de la surface gorgée d'eau. Ce résultat peut être valable pour les conteneurs, mais ce participant a également eu des problèmes de campagnol qui ciblaient les sacs et les tours, obscurcissant ainsi le résultat. Les campagnols ont été les pires ravageurs de notre essai, bien que quelques participants aient dû cueillir à la main des doryphores de la pomme de terre sur chacune des parcelles. Après avoir récolté des parcelles à dix endroits, un schéma de dégâts des campagnols est apparu: les parcelles de pommes de terre en bordure de jardins (adjacentes aux pelouses, aux forêts ou aux buissons) avaient la plupart des dégâts causés par les campagnols, tandis que les parcelles de pommes de terre au milieu des jardins, avec un «Fossé» de terre nue, semblait mieux s'en tirer.

Nos participants ont suggéré quelques façons d'optimiser les méthodes que nous avons utilisées qui méritent d'être mentionnées. Un producteur du marché prévoit de cultiver son lit de pommes de terre, de placer des pommes de terre de semence à la surface, de les couvrir de compost, puis de dérouler une grosse balle de paille ronde sur la parcelle, enterrant le tout dans 8 pouces de paille. Cela peut être un moyen encore plus efficace pour la plantation à grande échelle de la méthode de surface. Un autre producteur, qui produit des centaines de livres de pommes de terre chaque année pour sa famille, utilise du carton et des copeaux de bois au lieu du papier journal et de la paille pour couvrir ses pommes de terre. Bien que les campagnols aient attaqué les pommes de terre d'essai, ses propres cultures adjacentes avec le carton et les copeaux de bois étaient sans campagnol. Un autre producteur a également utilisé du carton et des copeaux de bois entre les rangs et de la paille sur les pommes de terre avec des résultats similaires. Dans les deux cas, ces parcelles étaient pratiquement exemptes de mauvaises herbes.

Les pommes de terre sont un ajout intéressant à la plupart des jardins et un must pour ceux qui s'intéressent à l'auto-approvisionnement, car ces tubercules offrent l'un des meilleurs retours sur investissement en termes d'espace et de main-d'œuvre. De plus, les pommes de terre se conservent bien sans mise en conserve ni préparation supplémentaire. En tant qu'aliment de base, les taters peuvent gonfler un plat parfumé par vos autres produits de jardin. Notre espoir dans cette étude était de diriger les jardiniers vers une méthode de culture qui correspond à leurs besoins et à leurs conditions sans avoir à essayer différents programmes année après année.

Nous nous félicitons de la contribution d'autres scientifiques citoyens qui souhaitent tester de nouvelles méthodes de culture de la pomme de terre contre les contrôles. Pour ceux qui souhaitent ajouter à notre corpus de données, nous vous encourageons à lire notre résumé plus technique (à venir), à consulter les données complètes et à regarder la vidéo disponible sur https://lowtechinstitute.org sous l'onglet «recherche» , car cet article ne fournit qu'un bref aperçu des méthodes et des résultats.

Cette recherche a été réalisée grâce à une subvention du programme de recherche et d’éducation sur l’agriculture durable du Département de l’agriculture des États-Unis (numéro de projet FNC18-1128).


Pailler les pommes de terre avec de la paille

Le paillage des plants de pommes de terre avec de la paille est une méthode bien connue de nous, dans le monde de la permaculture. Mais la question de savoir si "creuser ou ne pas creuser" n'est pas noire et blanche. Certes, la culture conventionnelle de la pomme de terre demande beaucoup de travail (préparation du sol et visite du champ de pommes de terre pour terrasser les plantes en croissance) mais elle a aussi ses avantages: une belle crête en terre favorise la prolifération de tiges souterraines sur lesquelles de nouvelles les tubercules peuvent pousser et le risque que les tubercules deviennent verts est réduit en les protégeant de la lumière.

A l'automne 2008, les collaborateurs du magazine français de jardinage, Les 4 Seasons du Jardin Bio (Les 4 saisons du jardin bio) ont été captivés par l'enthousiasme de Bernard Patry (photo ci-dessus), jardinier de la Charente-Maritime, qui avait expérimenté avec succès le paillage de ses plants de pommes de terre. Intrigués par cette approche, ils ont demandé à leurs lecteurs de participer à une comparaison France-et-un-peu-de-Belgique de la culture de pommes de terre sous paillis de paille par rapport à un test de contrôle de mise à la terre conventionnelle.

Résultats mitigés
En général, leurs lecteurs ont noté que les pommes de terre sous paillis étaient un peu plus lentes (jusqu'à deux semaines) à démarrer, ce qui, suggère Daniel Reichenbach, est probablement dû au fait que le sol couvert se réchauffe plus lentement au printemps. Une croissance des plantes légèrement diminuée a été observée dans la plupart des cas.

Les mauvaises herbes étaient généralement moins problématiques, même si Yves Durand et Christine Leveroni - qui ont tous deux un sol argileux lourd - ont constaté que le liseron proliférait sous le paillis. Certains lecteurs ont rencontré un problème d'augmentation des limaces et même des campagnols.

En termes de rendement des cultures, une réduction, parfois significative, a été observée dans plus de la moitié des cas, tant au niveau du nombre de tubercules que du poids total par plant. Mais il y a aussi eu de nombreuses réussites. Pascal Chaplault a rapporté: «J'ai utilisé un paillis de 20 cm (8 pouces) de paille immédiatement après la plantation, les plantes ont pris un peu plus de temps à montrer, mais cela m'a évité d'avoir à ajouter du paillis pendant la période de croissance. La production était excellente. J'ai reçu un kilo de pommes de terre par plant (variété «Rosabella»), qui étaient de belle taille et de forme régulière et arrondie. Les pommes de terre cultivées de manière conventionnelle ont donné une récolte similaire mais n’étaient pas si jolies. » «J'ai cueilli des pommes de terre dix jours avant leur maturité officielle: c'était un bon moment. Je n'ai jamais eu d'aussi belles pommes de terre », écrit Rodolph Grosléziat,« et aucune d'elles n'a été endommagée par la fourche de jardin, ce qui n'est pas le cas quand je dois les déterrer! »

Pour les lecteurs qui bénéficiaient d'un rendement équivalent entre les deux méthodes, la pratique du paillage était fortement soutenue. La facilité de récolte a également été appréciée: Isabelle Laulon raconte: «Dans notre sol sablonneux landais, les pommes de terre étaient très propres, très agréables à récolter et c'était une belle surprise lorsque nous avons enlevé la paille. Damien Meyrand ajoute: «Avec le paillage, les pommes de terre reposent à la surface de la terre et une fois la paille enlevée, il suffit de tirer les plantes à la main, un enfant peut le faire.

Le nombre de pommes de terre devenues vertes par exposition à la lumière était plus ou moins le même mais, dans un cinquième des cas, était pire avec de la paille. Cependant, comme le souligne Damien Meyrand, «comme pour la terre des pommes de terre, le soin apporté à l'application du paillis réduit l'apparition de verdissement.»

La facilité de cette méthode lui a valu le soutien de la grande majorité des participants. La réduction des besoins en eau a été un autre gagnant. Certains ont suggéré que le paillage améliorait leur sol, même si une telle conclusion nécessiterait probablement plus d'un an d'observation.

Les deux tiers des jardiniers qui ont participé étaient motivés à poursuivre le paillage, estimant que les avantages l'emportaient sur les inconvénients.

Quelques suggestions pour améliorer la méthode:

  • Commencez avec un sol bien ameubli (particulièrement important avec des sols plus lourds).
  • Plantez des pommes de terre à une profondeur de 7 à 8 cm (3 po) dans le sol, c'est-à-dire ne les déposez pas simplement sur la surface. Avec une meilleure implantation, on peut s'attendre à un meilleur développement des plantes.
  • Paillez au moment de la plantation, mais pas trop (car une épaisseur excessive de paillis à ce moment était considérée comme préjudiciable), puis ajoutez plus de paillis pendant la saison de croissance. Bernard Patry, qui a inspiré cette enquête, explique: «Après l'euphorie de ma première expérience en 2008, les résultats de l'année suivante ont été moins intéressants. Mon problème venait du paillage trop épais lors de la plantation, en utilisant de la paille, des feuilles et des boutures d'herbe. Certaines usines ont complètement échoué, d'autres ont eu du mal à démarrer et ce handicap s'est poursuivi tout au long de la saison dans une croissance plus faible. L'année prochaine, j'utiliserai simplement de la paille pour la plantation, puis j'ajouterai des feuilles et des boutures d'herbe pendant que la pomme de terre pousse.
  • Yves Durand suggère de travailler en carrés (par exemple 2m x 5m) plutôt qu'en rangées: plus facile à pailler, moins de déchets.
  • La question des ressources de la paille a été jugée problématique (suite à un été très sec dans de nombreuses régions de France cette année, la production de paille a été fortement réduite).

Plus généralement, pensez au choix du paillis, et utilisez de préférence les ressources naturelles du jardin (telles que les feuilles, les tontes d'herbe et le rendement de votre broyeur de jardin). Peut-être même mieux adaptés à l'usage, ces matériaux offrent une couverture plus complète que la paille et, à mesure qu'ils se décomposent au cours de la saison, ils nourrissent le sol. François Bonnin a souligné les avantages de l'ajout de feuilles de consoude, riches en potassium.

Rodolph Grosléziat a comparé l'utilisation d'un paillis d'herbe (30 cm / 12 pouces) et d'un paillis épais de compost (20 cm / 8 pouces) (voir photos 4/5 ci-dessous). Les pommes de terre paillées avec du compost ont démarré plus rapidement, avec des plantes vigoureuses produisant une récolte importante, et le compost profite également à toutes les cultures suivantes qui suivront au cours des quatre ou cinq prochaines années - sans nécessiter de fertilisation supplémentaire. Une excellente façon de penser à vos rotations de jardin.

Remy Bacher

Publié à l'origine dans le magazine français de jardinage biologique, Les 4 Saisons du Jardin Bio, adapté et traduit par Stuart Anderson.

Les 4 Saisons du Jardin Bio (Les 4 saisons du jardin biologique) est publié par Terre Vivante, pionnier du jardinage biologique et de l'écologie pratique. Le magazine, fondé en 1980, compte aujourd'hui 30 000 abonnés.
http://boutique.terrevivante.org/kiosque-presse/459-magazine-les-quatre-saisons.htm

Autres ressources

Livre: No Dig Bio Maison et Jardinierpar Charles Dowding et Stephanie Hafferty


Cylindres de fil

L'utilisation de cylindres en fil de fer ou de tours à pommes de terre en tissu de quincaillerie pour planter vos pommes de terre est la meilleure méthode pour les endroits avec beaucoup de pluie et un sol compacté.

Pour cette méthode, vous aurez besoin de tissu de matériel maillé. Pour chaque cylindre, vous aurez besoin d'un morceau d'environ 2 pieds de large et 2 pieds de haut. Formez le tissu de quincaillerie dans des cylindres et fermez-les. Quelques petites attaches zippées sont parfaites pour cela. Pelleter dans 3 à 4 pouces de sol et planter 2 à 3 pommes de terre de semence dans chaque cylindre et couvrir de 3 à 4 pouces de sol. Une fois que les plantes mesurent 6 à 8 pouces, commencez à ajouter plus de terre, en laissant environ 3 à 4 pouces de feuilles exposées. Répétez le processus jusqu'à la fin de la saison ou jusqu'à ce que vous atteigniez le haut de votre cylindre.

La meilleure partie de cette méthode est la récolte facile. Retirez simplement les attaches zippées de vos cylindres, soulevez-les, déballez-les ou renversez-les et déterrez vos pommes de terre fraîches!


Voir la vidéo: Comment planter des pommes de terre au potager - Truffaut


Article Précédent

Qu'est-ce qu'une fourmi Jack Jumper: En savoir plus sur le contrôle australien des fourmis Jack Jumper

Article Suivant

Soin et alimentation des orchidées: conseils sur la fertilisation des orchidées